Mairie de MONTRIOND

Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine > En patois

En patois

à MORZINE, GROUPE PATOIS ET TRADITION La Sêranne

GROUPE PATOIS ET TRADITION La Sêranne
Monsieur Jean-François GRIVEL-DELILLAZ
744 Route de la Combe à Zore
74110 Morzine Avoriaz tel : 04 50 79 13 92
Créé en 1979 par son actuel président Jean-François DELILLAZ (JEAN CHAPLE à la radio), le groupe patois et traditions
de Morzine la sêran-ne a 30 années d’activité à son actif : soirées patois, fêtes traditionnelles (l’alpe, la forêt, l’ardoise,
le pain-la tomme...) et de nombreuses autres manifestations. Orandrè on est pas mé on moé et on vodri bin (...)

à SEYTROUX, "Lous Seytrosets" groupe patois

T’lo qu’w’lan v’ni awoué no pè consarva l’patoué saran lous bin’v’nius !
Le groupe « Lous Seytrosets » est né suite à un sondage lancé par le foyer rural qui proposait différentes activités.
En 1995, nous avons organisé notre première représentation avec une soirée châtaignes.
A ce jour une quarantaine de personnes se sont intéressés à cette activité.
Le groupe patois fait partie des "rbiolons" (fédération des groupes de langue savoyarde) et se retrouve toutes les années à la fête du patois en France, en Italie (...)

Histoire d’avalanches en patois Dâouè grousses lavanshes

-* Tla lé a sauto en pt crôt él’a forni dian l’éouè celle- là a sauté pt crôt , elle a fini à la rivière
-* Tl’intche é arvo aô crêt Celle-ci est arrivée au crêt Lavanshe : avalanche Lavanshy : couloir à avalanche ; a donné le nom à de nombreux lieudits et noms de famille L’er’ran : avalanche de neige poudreuse Dicton : quand l’avalanche de nanteau (autô) est descendue, l’hiver est (...)

l’ diarni le grenier

Situé à l’écart , en cas d’incendie de l’habitation principale, on rangeait toutes les choses de valeur lous sènans (les graines) l’blô (le blé) lous haillons d’la d’manjhe (les habits du dimanche) la gotta " la gniôle" (les alcools) lous sèshons (les fruits séchés pour les rissoles) rsules l’bacon (le lard)

lous bô les granges d’alpages

Ces granges étaient réparties dans toutes les montagnes du village (de Nanteau à la Chavache), certaines étaient isolées, d’autre réunies dans des lieux stratégiques, hors du risque des avalanches. Elles servaient à stocker le foin l’été ; l’hiver, le foin était mis en balle et descendu en le faisant glisser sur la neige
l’bô ( grange)
lous étopets ( planches qui fermaient le "bô" )
la tûrne (chemin très raide où l’on descendait les"fés")
portshiô (balle de foin que l’on portait sur le dos) (...)