Mairie de MONTRIOND

Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine > En patois

En patois

à MORZINE, GROUPE PATOIS ET TRADITION La Sêranne

GROUPE PATOIS ET TRADITION La Sêranne
Monsieur Jean-François GRIVEL-DELILLAZ
744 Route de la Combe à Zore
74110 Morzine Avoriaz tel : 04 50 79 13 92
Créé en 1979 par son actuel président Jean-François DELILLAZ (JEAN CHAPLE à la radio), le groupe patois et traditions
de Morzine la sêran-ne a 30 années d’activité à son actif : soirées patois, fêtes traditionnelles (l’alpe, la forêt, l’ardoise,
le pain-la tomme...) et de nombreuses autres manifestations. Orandrè on est pas mé on moé et on vodri bin des (...)

à SEYTROUX, "Lous Seytrosets" groupe patois

T’lo qu’w’lan v’ni awoué no pè consarva l’patoué saran lous bin’v’nius !
Le groupe « Lous Seytrosets » est né suite à un sondage lancé par le foyer rural qui proposait différentes activités.
En 1995, nous avons organisé notre première représentation avec une soirée châtaignes.
A ce jour une quarantaine de personnes se sont intéressés à cette activité.
Le groupe patois fait partie des "rbiolons" (fédération des groupes de langue savoyarde) et se retrouve toutes les années à la fête du patois en France, en Italie (...)

Histoire d’avalanches en patois

-* Tla lé a sauto en pt crôt él’a forni dian l’éouè celle- là a sauté pt crôt , elle a fini à la rivière
-* Tl’intche é arvo aô crêt Celle-ci est arrivée au crêt Lavanshe : avalanche Lavanshy : couloir à avalanche ; a donné le nom à de nombreux lieudits et noms de famille L’er’ran : avalanche de neige poudreuse Dicton : quand l’avalanche de nanteau (autô) est descendue, l’hiver est (...)

l’ diarni

Situé à l’écart , en cas d’incendie de l’habitation principale, on rangeait toutes les choses de valeur lous sènans (les graines) l’blô (le blé) lous haillons d’la d’manjhe (les habits du dimanche) la gotta " la gniôle" (les alcools) lous sèshons (les fruits séchés pour les rissoles) rsules l’bacon (le lard)

lous bô

Ces granges étaient réparties dans toutes les montagnes du village (de Nanteau à la Chavache), certaines étaient isolées, d’autre réunies dans des lieux stratégiques, hors du risque des avalanches. Elles servaient à stocker le foin l’été ; l’hiver, le foin était mis en balle et descendu en le faisant glisser sur la neige
l’bô ( grange)
lous étopets ( planches qui fermaient le "bô" )
la tûrne (chemin très raide où l’on descendait les"fés")
portshiô (balle de foin que l’on portait sur le dos) (...)