Mairie de MONTRIOND

Vous êtes ici : Accueil > N° et Sites utiles > Culture > Vocabulaires et toponymie des pays de montagne

Vocabulaires et toponymie des pays de montagne

  • Publié : 3 mai 2009

Tels qu’ils se présentent à nos yeux, les paysages sont le résultat de l’action millénaire des forces de la nature sur le socle des terres émergées, conjuguée avec celle des interventions humaines.

Les plaines et leurs abords collinaires sont caractérisés aujourd’hui par une agriculture mécanisée, par l’importance des réseaux de voies de communication, ainsi que par une urbanisation envahissante. Au cours de la seconde moitié du 20ème siècle, les paysages agricoles ouverts,
traditionnellement formés de champs et de bocages microparcellaires, ont cédé la place à de vastes étendues dénudées, indispensables à la pratique des nouveaux modes de culture. Par ailleurs, beaucoup de villages et de bourgs dépérissent ou se transforment en cités-dortoirs de grandes agglomérations de plus en plus envahissantes. Pour décrire son paysage de plaine le citadin, désormais majoritaire, n’a plus recours aux termes nuancés de quelqu’un qui tire son existence des produits de la terre ; son mode d’expression est plus technique, mais aussi plus pauvre que celui du cultivateur d’antan.

Dans les zones de la montagne, au contraire, l’aspect du paysage a peu évolué, malgré l’apparition de nouvelles techniques agricoles. Les formes variées du terrain imposent leur marque aux paysages
dont les structures naturelles sont celles d’espaces clos, limités par des barrières rocheuses et des cours d’eau, infranchissables par endroits. Ces milieux âpres dont, il y a peu encore, il était difficile de
s’échapper sans d’importants efforts physiques, limitent les échanges. Dans le passé ils ont imposé à l’homme le développement d’un fort instinct de conservation, de grandes capacités manuelles, ainsi
que d’une certaine compétence dans des domaines multiples, pour lui permettre de prendre, souvent à un âge précoce, des décisions individuelles dans des conditions d’isolement, où il ne peut compter
que sur lui-même pour survivre.

Une telle situation est favorable au développement de particularités identitaires, entre autres dans le domaine du langage, de sorte que, aujourd’hui encore, le vocabulaire des habitants de la montagne,
étranger à celui des modernes "aménageurs" du territoire, connaît de nombreuses différences de vallée à vallée et est fort heureusement encore vivace. En France, mis à part les secteurs du pays basque et des Vosges, aux pays vaudois et valaisan, au Val d’Aoste et dans les régions au parler occitan du Piémont, le vocabulaire relève essentiellement de la langue d’oc et du franco-provençal ; il
présente une grande variété à travers laquelle on ressent la finesse d’une analyse des situations de terrain qui a marqué de son empreinte la toponymie des lieux.

Depuis un demi-siècle l’amélioration des communications routières a permis à de nombreux touristes une visite de nos régions montagneuses. C’est à eux que nous avons pensé en rassemblant un
"trésor" de mots présentant un lien avec ces paysages grandioses. Ce glossaire permettra, nous l’espérons, de donner aux randonneurs le moyen de bien organiser leurs périples, grâce à une bonne
compréhension des descriptions de parcours que peuvent leur fournir dans leurs parlers régionaux les accompagnateurs en montagne et les auteurs locaux de guides descriptifs de randonnées.

Nice, juillet 2006


robert.luft@wanadoo.fr vous remercie par avance pour toute proposition de correction ou d’addition de
termes et/ou toponymes concernant la montagne


pour accéder au lexique, cliquez ici